Pour celles et ceux qui possèdent une Makey Makey, c’est le moment d’en profiter avec les plus jeunes. Rassurez-vous cependant :un simple clavier suffit pour leur en mettre plein les yeux mais l’expérience est un peu moins interactive.

Commençons par le commencement. Avant de coder quelques animations en Scratch, je me baserai sur l’excellentissime Patatap [https://www.patatap.com/], une application interactive en ligne, qui transforme votre clavier en contrôleur un peu spécial. L’écran apparaît bien vide mais appuyez sur une touche et le feu d’artifice apparaît. Chaque touche de A à Z est associée à un son et une animation. De quoi déjà jouer pendant un bon moment…

Patatap a été créée par le développeur Jono Brandel et le duo électronique japonais Lullatone, composé de Shawn James Seymour et Yoshimi Tomida.

Branchez la Makey Makey et et vous pourrez contrôler Patatap avec les touches Espace, Z, Q, S, D, F et G. Le dos de la carte annonce les touches W et A mais celle-ci a été programmée sur un clavier Qwerty et, en Azerty, l’emplacement de ces touches correspond aux lettres Z et Q.

Ci-dessus installation faite avec les moyens du bord… 😉 Pour créer la masse, j’ai pris pour habitude de dessiner une main et d’y placer le contact électrique à l’aide de scotch d’aluminium (du simple aluminium de cuisine suffit). C’est beaucoup plus clair pour les jeunes utilisateurs.

Dans ce cas de figure, impossible d’utiliser les touches fléchées avec Patatap mais nous pouvons reprogrammer la Makey Makey de manière à choisir les touches du clavier correspondant aux connecteurs. Je vous explique comment dans un prochain post. Sous Scratch par la suite, pas de problèmes.

Grâce à la Makey Makey, il est possible de créer des fresques interactives avec des matériaux conducteurs faciles à trouver à la maison comme de la pâte à modeler, du papier aluminium, des objets métalliques, des liquides… Si vous avez un jardin, un balcon et quelques plantes, vous pourrez aussi créer un piano plus que naturel. Cela peut donner de très belles fresques comme celle-ci réalisée à la médiathèque de Valenciennes.

Vous ne possédez pas de carte Makey Makey ? Un simple clavier et des gommettes colorées peuvent suffire à créer une belle interface et indiquer à l’enfant quel est le paramètre à utiliser sur le clavier. On peut aussi démonter un vieux clavier et hacker la carte qu’il contient. On en reparle sous peu !

Il est tout à fait possible de faire des effets façon Patatap sous Scratch mais il faut bien avoir conscience que Scratch ne supporte pas la même charge graphique et qu’il ne sera pas question d’afficher plusieurs effets en même temps. Nous y reviendrons dans la partie suivante de l’article car cela peut s’avérer un peu complexe et demande plus d’explications.

Pré-requis : cacher tous les sprites en plaçant ce code pour chacun.

Commençons par un effet simple en jouant sur la taille du sprite grâce à un effet de zoom, en fait une simple boucle qui agrandit le sprite pas à pas.

On peut utiliser plusieurs costumes et les choisir de manière aléatoire. Pour info, ceux présentés dans l’exemple ont été dessinés sous Scratch 2.0 et ensuite convertis en image.

Tous les costumes doivent porter un nom similaire dont le seul le numéro final varie, ici spiral_1, spiral_2, spiral_3 et ainsi de suite…

On peut ajouter un effet graphique sur le sprite pour que cela soit plus agréable à l’oeil, ici un effet fantôme.

Le code source sera disponible dans la suite de l’article où nous allons explorer d’autres manières de créer des effets. En attendant, on explore… Keep in touch !

La suite c’est par ici !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s