Nulle envie de me moquer de vous au travers de ce titre un brin provocateur. Nulle idée non plus de braver la principale recommandation actuelle pour lutter contre le COVID-19 : rester chez soi. Mais chez soi, on peut en faire vite le tour. Certains ont la chance de pouvoir explorer un univers assez large ; d’autres plus nombreux doivent se contenter de quelques mètres carrés. Pas facile de tourner en rond. Même avec un espace particulièrement important, je ne suis pas certain que la fatigue ne se fasse pas sentir peu à peu. Il n’y a que dans les châteaux de la Loire ou à Versailles que nous pourrions éviter aisément ce sentiment mais je pense avoir peu de lecteurs habitant un château.

J’ai la chance d’être confiné dans une maison assez vaste mais mon esprit nomade a parfois un peu de mal à s’adapter. L’ordinateur restait posé au même endroit comme un bureau que je me serais constitué. Il a pourtant la bougeotte d’habitude le pauvre, allant d’un atelier à un autre, squattant les coins de table, parfois accompagné d’un verre ou d’un repas vite avalé dans un snack. Parfois simplement posé sur les genoux dans un coin de nature ou dans la voiture. Quant à mon éternel sac à dos, il traînait dans un coin. Hier soir, je l’ai refait comme si je partais. Le trajet n’a pas été bien long mais cela me redonnait quelque peu l’impression d’être en mobilité. Je vais conserver mes habitudes, jusqu’à emmener mon sac en cuisine. Je n’ai en effet jamais laissé mon ordinateur où que ce soit pendant que j’allais déjeuner. Retour à une mobilité imaginée…

Mobile parfois assez loin et, depuis que je suis en âge de m’émerveiller, j’ai toujours plaisir à découvrir une chambre d’hôtel. Les premières minutes sont consacrées à l’exploration rapide du lieu, à imaginer comment on va ranger ses affaires, à jeter un oeil par la fenêtre pour découvrir la vue. J’ai beau connaître certains hôtels un peu par coeur, ces quelques minutes restent toujours un plaisir. Et je ne parle pas du réveil où parfois troublé on met quelques secondes à se rappeler où l’on se trouve.

Cette impression de voyage, on peut la retrouver, la recréer en changeant quelque peu notre environnement. Cela peut paraître futile mais c’est peut-être le moment de revoir votre décoration, de changer l’orientation de votre lit, de vous placer autrement pour travailler. Un jour, une fenêtre… 😉 Aussi restreint que soit notre espace il y a toujours possibilité de dépasser les frontières physiques.

Décorez les fenêtres (ou la fenêtre) de silhouettes et de décors en papier. Créez des plafonds étoilés. Testez la chambre ou le canapé d’ami. Sortez la tente et plantez la au milieu du salon. Tournez votre bureau dans l’autre sens. Travaillez à la fenêtre, sur votre balcon, dans votre jardin au moment où le soleil est le plus chaud. Certes, il fait encore très frais mais y auriez-vous songé en temps ordinaire s’il s’était agi de prendre un café en terrasse ? 😉 Faites marcher votre imagination. Elle est sans limites.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s