Suite de mon article sur Patatap et la création graphique sur Scratch.

Nous allons cette fois utiliser les capacités graphiques de Scratch et son extension « Stylo ». Pour cela il faut d’abord l’activer en cliquant en bas à gauche sur l’icône bleue avec une sorte de vague et un « + » à l’intérieur. Vous devez ensuite obtenir cet écran.

Cliquez sur « Stylo » pour ajouter les fonctions de dessin dans Scratch. Elles doivent maintenant apparaître à gauche dans la liste des fonctions.

Première astuce pour définir une animation graphique : utiliser des fonctions. En effet, créer une fonction permet de ne pas devoir rafraîchir l’écran, ce qui économise pas mal de temps et rend l’animation beaucoup plus fluide.

On clique donc sur « Mes blocs » à gauche puis sur « Créer un bloc ». Je crée une fonction, un bloc appelé « line » qui va dessiner une ligne en pointillés à l’écran, en prenant bien soin de cocher « Exécuter sans rafraîchissement de l’écran ».

Voila à quoi ressemble mon code (lien vers le projet et le code-source en bas de page).

Reste un problème de taille. Scratch est un langage interprété qui n’est quand même pas un foudre de guerre question rapidité et actionner plusieurs effets en même temps risque de faire surchauffer la machine et de bloquer votre programme. En gros, c’est un effet à la fois, chacun son tour et il faut pouvoir indiquer à chacun d’arrêter quand on déclenche un nouvel effet.

Pour cela nous allons définir un message « stop » qui arrêter les autres scripts.

Par ailleurs, nous allons ajouter des commandes permettant d’arrêter le son et d’effacer l’écran.

Avec plusieurs effets et sprites, cela devient vite complexe car il faudrait un message personnalisé pour éviter de tout arrêter systématiquement. Heureusement il existe une astuce.

Chaque sprite va en effet être pourvu d’un numéro, ce qui permettra de vérifier s’ils sont concernés ou non par le message. Pour cela nous allons créer une variable nommée « spr » pour sprite. Peu importe en fait le nom que vous lui donnez tant que vous la réutilisez dans votre programme. La variable doit être créée pour « tous les sprites ».

Voici la modification du code lorsque l’on appuie sur une touche.

Et le contenu du message « stop ».

Chaque sprite se voit attribué un numéro et on vérifie donc si le sprite est activé. Dans le cas contraire, on arrête tout.

Pour étudier plus finement le code, voici le lien vers la page du projet : https://scratch.mit.edu/projects/377779367/

Bon amusement !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s