J’envoie des mails. Activité passionnante, vous me l’accorderez. Plus précisément à destination d’associations faisant du don d’ordinateurs afin qu’elles en fassent présent pour une autre association basée en Afrique. Si l’on écartait toute empathie et que l’on se basait uniquement sur la logique, on serait en droit de se demander où est mon intérêt dans cette opération. Du temps passé pour un bénéfice zéro. Heureusement que le monde ne tourne pas ainsi.

Je me demande parfois ce qui nous motive à faire preuve d’empathie, à aller vers les autres, à avoir envie de faire plaisir, d’aider, ce qui nous pousse à répondre à d’illustres inconnus par exemple sur des forums pour les sortir du pétrin technologique dans lequel ils pataugent. Vu le nombre de sites dédiés à l’entraide, il faut croire que nous y sommes naturellement poussés et c’est une excellente nouvelle.

J’ai eu la réponse hier suite à une excellente journée de formation auprès d’animateurs et personnels de centres sociaux dans un centre social à deux pas de chez moi, le lieu de vie culturelle de mon quartier. Alors que je rangeais mon matériel, deux gamines d’environ 10-12 ans s’approchent et me demandent à quoi bien servir tout mon fatras. Il y avait en effet des ordinateurs, des cartes électroniques, des câbles, des pailles, du carton, des dessins bourrés de scotch d’aluminium… Bref, du n’importe quoi créatif.

Je leur ai expliqué brièvement et la conversation s’est poursuivie. Est-ce que j’allais faire un atelier ce soir ? Hélas non car d’autres choses prévues. Est-ce que j’allais revenir ? Tout à fait car nous prévoyons trois jours de festivités. Est-ce que ce sera gratuit ? Tout à fait. Nous le faisons d’ailleurs pour le plaisir. Pourra-t-on venir en famille ? C’est même conseillé. Et là, je les vois se mettre à danser, sauter sur place.

J’avais ma réponse et une partie de mon salaire de la journée. Rien que pour cela, je fais ce boulot et je me souviens d’un soir au tout début de mon aventure professionnelle hors du circuit salarié où je regardais partir un groupe de primaires avec un sourire « jusque là » m’être fait la réflexion que je n’avais auparavant jamais autant souri dans une journée (tout au moins professionnellement parlant).

Ce n’est pas le paradis tous les jours mais il suffit de quelques instants comme cela pour vous flanquer le sourire pour au moins 3 semaines.

Mais cet événement c’est où ? C’est quand ? On en reparle sous peu !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s