Imaginez une conversation, un échange professionnel où l’un des interlocuteurs s’efforce d’être le plus ouvert, le plus compréhensible possible tandis que l’autre use régulièrement de jargon à dessein afin de rester supérieur et tout simplement ne rien livrer de ses connaissances. Bof… Bof… Nous avons tous déjà connu ce genre de situation dans le domaine professionnel où parfois l’un.e des ancien.ne.s rechigne à partager son savoir et vous laisse vous débrouiller, l’explication donnée ayant été soit trop « jargonnisante », soit donnée tellement rapidement qu’il vous a été impossible d’en saisir les détails.

Inadmissible ? Certes… Et il conviendrait d’ignorer au maximum cet individu. Pourtant dans le domaine informatique c’est régulièrement celui-là qui est mis à l’honneur.

J’en ai encore fait l’expérience récemment à l’université. Des étudiants démarrent un document sous Word (Microsoft Office) puis passent sous Writer (Libre Office ou Open Office). Mais que se passe-t-il ? Voilà que Libre Office en l’occurrence ne retranscrit pas correctement l’apparence et la structuration du document. Conclusion ? Libre Office c’est nul. En fait, c’est bien plus compliqué que cela et on appelle cela dans le jargon informatique de l’obfuscation.

L’obfuscation consiste à compliquer un texte, du code de manière à le rendre difficilement compréhensible. On s’en sert pour diverses raisons : sécurité, concurrence… Et dans le pire des cas on utilise des formats de fichiers fermés, dits propriétaires, incompréhensibles des logiciels « concurrents », ce que fait Microsoft Office allégrement pour son format natif. Libre Office utilise au contraire un format ouvert compréhensible de tous car documenté, le format Open Document. Microsoft Office permet un export au format Open Document mais son format d’origine, de base, est totalement fermé. Pour le comprendre, une seule solution : faire un peu de divination.

Imaginez que vous veniez manger chez moi avec quelques amis, que je vous serve un des plats dont j’ai le secret, que vous m’interrogiez sur la recette et que soit je refuse de vous la donner, soit je vous la donne de manière tronquée, c’est-à-dire sans les petits secrets qui en font toute la saveur. Ces mêmes amis viennent quelques temps plus tard manger chez vous et, face à votre essai forcément raté, ne manquent pas de vous critiquer car ce n’est pas aussi bon que chez moi. Normal car les dés étaient pipés dès le départ.

Les développeurs.euses de Libre Office / Open Office s’attachent à comprendre le fonctionnement de Microsoft Office pour permettre à l’utilisateur.rice un échange, un dialogue pas forcément partagé. D’où quand on passe de l’un à l’autre le sentiment que Libre Office / Open Office sont mal faits et ne comprennent rien, ce qui est totalement injuste quand on connaît l’envers du décor.

Le format de fichier Open Document utilisé par Libre Office / Open Office est un format ouvert que tout un chacun peut décortiquer, comprendre et utiliser, ce qui laisse libre cours à la création d’outils basés sur ce format, mais assure aussi sa conservation. Nul besoin de faire de l’archéologie numérique dans 50 ans quand il s’agira d’utiliser des documents anciens. Cela vous semble irréaliste ? J’ai pourtant rencontré durant ma thèse nombre de chercheur.euse.s qui s’arrachaient les cheveux face à des fichiers créés avec d’anciennes versions de Microsoft Office (et consorts…) que les récentes ne savaient plus ouvrir. Heureusement qu’Open Office à l’époque me permettait de récupérer une partie plus ou moins importante des fichiers sauvant ainsi des années de travail de recherche. Parfois il nous fallait décortiquer encore plus les fichiers, ce qui était tout à fait illégal. On marche sur la tête : un format de fichier rendant inaccessible à un.e chercheur.euse son travail.

Libre à chacun.e d’utiliser la suite bureautique de son choix (s’il s’agit réellement d’un choix car en ce domaine il y a une grosse part de monopole et de stratégie marketing) mais, pour ma part, bien que j’affectionne plus les formats de type Markdown ou LaTeX, je n’échangerai pour rien au monde mon Libre Office contre une autre suite bureautique (et pourtant le monde professionnel m’a obligé à en tâter de nombreuses). Libre Office n’est certes pas sans défauts, tout comme les autres suites bureautiques, mais ce respect de l’utilisateur.rice, cette facilité dans l’interface à permettre de prendre des chemins de traverse plutôt qu’à rester coincé dans le profil de l’utilisateur lambda, bref ce sentiment de liberté me donne toujours plaisir à utiliser cette suite bureautique. Elle demande un temps d’adaptation comme tout logiciel quand on débute avec mais elle offre des fonctionnalités et une simplicité d’usage que les autres n’offrent pas. Un simple exemple : je viens de me coltiner l’usage des styles pour un même document sur Pages (Apple), Word (Microsoft) et Writer (Libre Office). Un calvaire avec les deux premiers et enfin le sentiment avec Writer que le logiciel ne décide pas à ma place.

Je tenais à écrire cette petite bafouille pour remettre les choses au clair face à un discours que j’entends trop souvent et que je peux comprendre mais qui mérite une petite explication. C’est un principe que l’on pourrait généraliser. Quand quelque chose ou quelqu’un vous semble pas au fait de son travail, pas franchement efficace, demandez vous si on lui a bien donné tous les éléments nécessaires. Un simple exemple pour conclure ? Je me suis retrouvé récemment dans un restaurant où la caissière manquait sincèrement d’efficacité et pour cause ! Manque de capacités de sa part ? Il s’agissait plutôt d’une jeune stagiaire qui maniait encore assez difficilement le français et dont c’était la première journée. L’équipe l’avait laissée seule assez désemparée face à du matériel qu’elle ne connaissait pas encore suffisamment, plutôt que de l’aider et de l’encadrer. Difficile d’être efficace quand on démarre ainsi. La personne m’accompagnant maniant assez bien l’espagnol, nous avons pu lui faciliter quelque peu la tâche mais j’espère qu’elle a pu être soutenue ensuite.

Pour bien terminer, si vous n’avez pas encore franchi le pas, Libre Office se télécharge à cette adresse : https://www.libreoffice.org/.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s