Que Charles Dickens me pardonne de lui piquer ce titre mais il est de circonstance. Je ne cesse de répéter au travers de mes activités que la technologie a un sens et qu’il ne s’agit pas de blâmer l’outil mais d’en examiner les usages. Surtout en cette période où la publicité nous abreuve de mentions « sans écran » pour des jouets et autres dispositifs ludiques dont la conception et la programmation ont nécessité de nombreux écrans. Cela me rappelle l’époque où, en résistance à la musique électronique, des groupes affichaient la mention « unplugged », c’est-à-dire débranché, déconnecté, pour des albums enregistrés dans des studios bourrés de matériel électronique.

Mais revenons à nos moutons. Quelques années auparavant, au travers d’une association d’aide aux migrants « Terre d’Errance », je faisais la connaissance d’Ahmad, un réfugié afghan, analyste de formation dont les rêves étaient d’une part de pouvoir rester en France, d’autre part de posséder un ordinateur. Nous ne pouvions pas grand-chose pour le premier rêve. Le second a été vite résolu.

La suite n’a pas été joyeuse. Après plusieurs mois passés en France, il a été reconduit en Suède, pays par lequel il était arrivé en Europe, puis en Afghanistan où il survit depuis, défendant la liberté dans la situation terrible que l’on connaît actuellement. L’ordinateur est donc revenu de nouveau entre mes mains.

Je ne me voyais pas le réutiliser de suite, le remettre dans ma flotte de machines pour les ateliers et autres activités. Il est resté longtemps sur le coté en attendant mieux. Cela restait son ordinateur et pas le mien, jusqu’à une mission où quelques jours auparavant mon interlocutrice m’indiquait que l’une des personnes suivant la formation ne possédait pas d’ordinateur. J’y ai vu un signe.

L’ordinateur est en parfait état. Il mérite quelques mises à jour pour retrouver la fraicheur du système Gnu/Linux Mint mais il poursuivra sa route sous peu entre les mains de quelqu’un pour qui il aura de nouveau un sens.

La technologie, c’est cela. En ces jours où on nous montre surtout comment elle permet de consommer plus vite, consommer plus, il ne faut jamais oublier qu’elle offre en fait un éventail de possibilités énorme dans une facette positive. Ceux qui me lisent régulièrement savent bien que je ne m’inscris pas dans un techno-solutionnisme béat – le numérique ne fait pas de miracles mais il y contribue – mais bien plutôt dans un techno-positivisme éclairé.

C’est dans cet esprit qu’en attendant la traditionnelle cérémonie des voeux et pourquoi pas prédictions je vous souhaite un très joyeux Noël !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s