La pandémie a affecté énormément d’écoliers à travers le monde et laissé des traces profondes sur le plan du numérique en classe. De nombreux outils ont été utilisés de diverses manières pour assurer la continuité éducative malgré les périodes de confinement. Si le bricolage et le « do it yourself » ont été de mise au départ, on a très vite pu constater que des méthodes étaient imaginées, testées, validées et diffusées de par le monde enseignant. Je me souviens moi-même d’avoir assuré un certain nombre de cours en utilisant Discord. Ce fut un réel défi, parfois épique mais pas inintéressant. J’y reviendrai dans un autre post.

Le projet Epitome (Exploring the Potential of mInecrafT in prObleM basEd curricula), co-financé par le programme Erasmus+ et l’Union européenne, entend tirer les leçons de cette période difficile en imaginant ce que pourrait être le travail à distance au travers du jeu vidéo Minecraft. Pourquoi Minecraft ? C’est tout simplement l’un des jeux les plus vendus au monde, un réel succès auprès des jeunes et surtout un univers qui laisse la part belle à la créativité et au bidouillage numériques.

Depuis plus d’un an, une équipe formée de chercheurs, d’enseignants et d’entrepreneurs, issus d’Angleterre, d’Espagne, de Grèce et de France, s’attelle à la tâche avec pour objectif de fournir un ensemble de méthodes, des exemples de défis, un manuel et surtout un univers Minecraft spécialement dédié pour que les enseignants puissent créer leurs propres parcours d’apprentissages adaptés à leur matière et les proposer à leurs élèves en se basant sur la pédagogie dite PBL ou Problem Based Learning.

PBL ? Tout simplement l’apprentissage par la résolution de problèmes ou défis permettant aux élèves d’une part de déduire de manière concrète la théorie de la pratique, d’autre part d’utiliser les compétences acquises pour résoudre d’autres défis. « Soit deux trains partant chacun d’une gare l’un à 14h37, l’autre à … » ou le problème des robinets mais cette fois en version Minecraft. Et j’avoue que cela me botte plus de cette manière qu’à l’ancienne, à moins qu’on m’autorise à résoudre les problèmes à l’aide de calculs rédigés en langage de programmation (au choix Python, Scratch ou V-Lang…). C’est d’ailleurs ce que je faisais au collège en utilisant mon ordinateur Amstrad et le langage BASIC (et même parfois en Assembleur… C’est dire…) pour trouver la solution à divers problèmes que je ne savais résoudre sur papier.

Epitome a ainsi quatre objectifs principaux :

  • soutenir l’usage d’espaces d’apprentissage numériques par les éducateurs européens,
  • enrichir les compétences des éducateurs dans l’usage d’outils comme Minecraft à des fins pédagogiques,
  • créer un monde Minecraft EPITOME accompagné de ressources éducatives et d’un manuel,
  • enfin, créer une forge EPITOME, constituée d’une communauté d’utilisateurs pour partager les connaissances et expériences.

Vaste programme ! Déjà bien entamé à ce jour, la prochaine rencontre étant prévue début octobre à Bruxelles, cette fois en présence, après deux autres rencontres virtuelles, pandémie oblige… Après une partie théorique, le projet Epitome rentre cette fois dans le concret en s’attaquant au manuel et aux ressources et exemples, ainsi qu’à la préparation d’événements destinés à lancer le projet auprès du grand public.

Un ensemble de ressources est déjà disponible sur le site officiel du projet. Les documents d’étude seront quant à eux disponibles en français normalement dès la fin de ce mois.

Epitome s’adresse en premier lieu dans un esprit de dissémination et de formation aux établissements d’enseignement supérieur dotés de départements pédagogiques, à la communauté éducative dans son ensemble, enfin aux espaces ou centres STEAM (Sciences, Technologie, Ingénierie, Arts, Mathématiques) s’adressant aux enfants de 8 à 13 ans environ. La fourchette s’avère cependant bien plus large et, en fonction des activités créées, on peut facilement imaginer déployer Epitome au lycée, notamment de par la possible utilisation de Python dans Minecraft.

Epitome a pour particularité de ne proposer rien de techniquement fermé mais essentiellement des concepts pouvant également être adaptés à d’autres univers. Nous pouvons donc imaginer développer des exercices et parcours du même type sur Minetest, l’équivalent libre et gratuit de Minecraft.

La phase 2 d’Epitome s’annonce particulièrement enrichissante. À suivre via le site officiel ou le groupe Facebook dédié !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s