J’ai du récemment mettre à jour plusieurs Raspberry Pi dans l’espace d’innovation pédagogique d’un lycée et me suis d’emblée cassé les dents sur divers problèmes de connexion. Systématiquement la machine me répondait que la connexion était impossible et donc refusée aux dépôts de la distribution utilisée, à savoir Raspbian. La version étant plutôt ancienne, j’ai commencé par formater les cartes SD et installer dessus la dernière version de Raspbian en 32bits.

Je vous conseille pour cela d’utiliser le logiciel Raspberry Pi Imager qui est vraiment très simple d’utilisation et qui plus est vous donne accès à de nombreuses alternatives à Raspbian comme système d’exploitation. Je pense en tester quelques-uns sous peu.

Il suffit donc de choisir son système puis d’indiquer l’emplacement de la carte SD sur lequel il doit être installé et l’opération prend ensuite une petite vingtaine de minutes en fonction du système d’exploitation choisi.

Ceci fait, je rencontrais toujours le même problème, à savoir un beau message d’erreur :

Connexion à archive.raspberry.org: 80 impossible

Mais aussi l’impossibilité d’installer des logiciels supplémentaires via le gestionnaire de paquets proposé dans le menu « Préférences ».

Après avoir fouillé nombre de sites et forums sur lesquels je n’ai pas trouvé grand-chose, la lumière a fini par se faire. Je transmets donc la méthode pour toutes celles et ceux qui s’arracheraient les cheveux ou presque ou auraient définitivement abandonné l’opération.

Il s’agit de redéfinir correctement les sources de dépôt, celles-ci étant erronées. Nous allons donc modifier le fichier sources.list du système qui contient les références nécessaires. Ouvrez le terminal (Menu Accessoires / LXTerminal ou en cliquant sur l’icone comportant « >_ » en haut de l’écran). Le terminal s’ouvre alors dans une petite fenêtre que l’on peut agrandir si besoin avec l’icone en forme de flèche vers le haut en haut à droite de la fenêtre du terminal. Saisissez ensuite :

sudo nano /etc/apt/sources.list

Puis validez avec la touche « Entrée ».

La commande « sudo » ou « super utilisateur do » indique que nous agissons en tant qu’administrateur avec des droits étendus. « Nano », quant à lui, est un éditeur de textes assez convivial qui va nous permettre de modifier notre fichier qui de base contient ceci :

deb http://raspbian.raspberrypi.org/raspbian bullseye main contrib non-free rpi
# Uncomment line below then 'apt-get update' to enable 'apt-get source'
#deb-src http://raspbian.raspberrypi.org/raspbian/ bullseye main contrib non-free rpi

J’ai commenté la première ligne en y ajoutant un « # » devant afin que celle-ci ne soit plus interprétée comme une commande et devienne donc inopérante, puis complété le fichier.

On ajoute donc les deux premières lignes afin que notre fichier ressemble à ceci :

deb https://archive.raspbian.org/raspbian/ bullseye main contrib non-free rpi
deb-src https://archive.raspbian.org/raspbian/ bullseye main contrib non-free rpi
#deb http://raspbian.raspberrypi.org/raspbian bullseye main contrib non-free rpi
# Uncomment line below then 'apt-get update' to enable 'apt-get source'
#deb-src http://raspbian.raspberrypi.org/raspbian/ bullseye main contrib non-free rpi

On m’objectera que j’aurai pu tout dégager pour ne garder que les lignes que j’ai ajoutées. Certes mais j’aime bien par sécurité garder des traces afin de pouvoir revenir en arrière si besoin.

De même la seconde ligne n’est pas forcément super utile pour l’utilisateur lambda mais autant se donner un maximum de pouvoirs.

Pour finir on appuie simultanément sur les touches « Control » (CRTL) et « o » pour enregistrer puis « Control » et « x » pour quitter.

Il faut ensuite modifier le fichier raspi.list qui se trouve dans le sous-dossier sources.list.d grâce à la commande suivante :

sudo nano /etc/apt/sources.list.d/raspi.list

Dans ce fichier apparaît en première ligne :

deb http://archive.raspberrypi.org/debian/ bullseye main

Modifiez le « http » en « https » ainsi :

deb https://archive.raspberrypi.org/debian/ bullseye main

De nouveau on enregistre (« Control » + « o ») et on ferme (« Control » + « x »).

Il nous reste plus qu’à mettre à jour notre système dans un premier temps grâce tout d’abord à la commande :

sudo apt-get update

puis

sudo apt-get upgrade

Le système liste les fichiers pouvant être mis à jour puis vous demande de confirmer en appuyant sur « Entrée ». Une fois cette opération effectuée – cela peut prendre plusieurs minutes -, votre système est à jour et il nous est désormais possible d’installer des logiciels via le gestionnaire de paquets du menu « Préférences » ou en utilisant le terminal de nouveau, par exemple :

sudo apt-get install emacs nethack-console lynx

Car un ordinateur sans Emacs est à mon sens un ordinateur qui a un peu « raté sa vie » ;-). Car Nethack, ce fabuleux jeu en mode console est indispensable pour se changer les idées après de longues sessions de code ou de débugage. Car enfin surfer en mode texte n’est pas un gros mot et qu’il est parfois bien pratique de naviguer sur Internet sans devoir se soucier des interfaces graphiques mais en se concentrant uniquement sur le contenu. À ce sujet, une variante du navigateur en mode texte, Links, intitulée Felinks n’est malheureusement pas disponible sur Raspbian. J’en reparlerai sous peu car c’est un navigateur que j’utilise au quotidien et qui s’avère extrêmement pratique et léger.

Crédit photo : Rain Rabbit (Flickr)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s